Suite… Voyage, Khovd & Photos

Arrives dans la vallee ou commence le chemin pour aller au monastere nous voyons le ciel se noircir. Sans perdre de temps on remets la balade au temple au lendemain et allons planter nos tentes au debut de la vallee un peu en hauteur pour eviter l’humidite. Des que j’ai plante mon dernier piquet, l’orage se dechaine! Moi je suis comme electrifie et je n’ai aucune envie de rentrer dans ma tente sarcophage. Je prends mes guimbardes et pars a la recherche de un peu de bois pour le soir en vue de faire un feu et pouvoir se rechauffer apres la tempete. Je commence a connaitre le temps mongol, je sais que ca ne durera pas longtemps. La pluie n’est pas encore la mais le vent lui, oui et il s’engouffre dans la vallee, violamment. Les eclairs parfois prennent tout mon champ de vision et, un peu trempe, j’apercois un abri a chevaux de l’autre cote du creux. Je me mets dessous et avec le vent et les tonnerres m’isolant du reste du monde je commence a chanter a “squarciagola”, avec tout mon etre! Je diphone mais ensuite sors tout mon (petit) repertoire francais et italien. Il me semble de dialoguer avec les mastodontes gris qui grognent!
“Canto Alla fiera dell’Est, finisco la canzone e d’improvviso un lampo squarcia il cielo e termina con me l’ultima strofa, mettendo un punto finale alla canzone con un tuono come un bel rutto di fine pasto, quando lo si ha ben apprezzato. La terra trema e io sono piu elettricita che carne umana, coi polmoni e le corde vocali in fiamme, ma fa niente.”
Ensuite retour a des taches plus materielles, le bois. Je decouvre un arbre tombe et bien sec. je casse quelques branches que je dispose sur 2 des plus gros troncs pour pouvoir apres trainer une plus grosse quantite de bois. J’en garde une petite partie dans ma poche pour qu’il soit sec. Je depose le bois au milieu du campement et me refugie dans la jeep du guide car il se remets a pleuvoir. Il m’offre un ver de vodka de lait de jument et moi lui montre mes tresors. Il se prends au jeu et decouvre comment faire des sons basiques. On passe une bonne heure a rigoler et a jouer, puis la pluie cesse et je prend conge de mon hote pour aller allumer un bon feu. On mange et puis dodo, la journee a ete longue!
Le lendemain depart pour le monastere qui est a quelques kilometres de la ou le guide nous depose. Je decide d’accelerer le pas pour un peu de solitude. Un bon sprint ca fait jamais de mal.Arrive au monastere je me balade, grimpe, fais une petite offrande musicale dans le temple dedie aux esprits de la faune locale. Apres un temps indetermine je redescends avec corps et esprit et rejoins les autres filles. On reprends la route.
Direction les sources d’eau minerale ou je fais des reserves d’eau potable puis on repart pour Kharkhorin. Dodo dans un petit ger camp car le lendemain on part pour l’ouest avec Amelia et on veut etre en forme.

On pars en debut d’apres midi en minibus pour Arvayheer, une grosse centaine de Km au sud de KK, 6h de route.
Arrives dans cette ville qui nous reservera une bonne surprise le lendemain, on sait rien. Planter la tente se revele impossible car pas d’endroits securises et pas un seul arbre pour se faire un feu. Donc Hotel! Le lendemain matin on se dirige vers le point ou un bus est suppose partir pour Bayanhongor, vers 9h, puis vers 14h, puis pas du tout selon des sources differentes. Le temps passe et on est interpelles par deux gars et une fille qui essayent de communiquer avec nous. La fille gere un petit bouisbouis et elle nous offre gentillement un gros bol d’airag. On finit par comprendre qu’ils nous invitent chez eux pour participer a une fete de famille. On a le temps le bus devrait passer vers 14h, il est a peine 10h. Arrives chez Hanzo, un des deux gars, on est accueilli a la maniere mongole! La table et recouverte de nourriture dont un mouton entier bouilli. Ils me servent une part de colonne vertebrale, morceau reserve aux hotes et je goute. Ensuite s’ensuit un enchainement de beuvrages des plus varies, airag, vin, bieres, fanta, suutei tsai et une ribambelle de nourriture. Ne jamais vider un verre car il sera aussitot rerempli! J’essaye de pas trop faire de melanges et de manger juste le necessaire, mais c’est pas facile!
Les rigolades fusent et on s’echange les adresses, il est bientot l’heure du depart. Hanzo nous accompagne a la station d’essence ou il devrait il y avoir le bus. On dit au revoir a Hanzo, ce fantastique hote d’une journee qui nous aide une derniere fois encore en parlant pour nous au gerant de la station. L’attente, une heure apres 14h, pas de bus. Soudain un Land Rover d’une compagnie de minage s’arrette a la station. Le gerant va discuter avec les occupants de la voiture et hop!, c’est parti et mieux qu’on pouvait l’esperer, ils vont a Altay City,  la ou on voulait aller!
Un jour apres on arrive et Blain, un Peace Corps, nous accueille dans sa demeure. Le lemdemain je repars pour Khovd alors que Amelia reste a Altay quelques jours en pensant peut-etre profiter du passage du Rally Mongol pour retourner a UB.
Je laisse de cote la description de mon voyage jusqu’a Khovd, trop trash. ;D et pleine d’attentes.

J’arrive a Khovd le lendemain, 9 Aout et rencontre Marima qui tient un magasin de vetements khazaks quelle produit ou quelle importe de son pays d’origine. Elle me mets en relation avec Yura qui est un musicien bien connu dans la ville et qui m’assure pouvoir me mettre en contact avec des musiciens et surtout avec un joueur de guimbardes.

Les photos de mon sejour a Khovd et des rencontres avec les musiciens sont la, mais la suite de mon recit ce sera pour un autre jour! Marre d’ecrire…

This entry was posted in Mongolia and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply